Mon orgue de barbarie

ou la petite histoire de sa fabrication...

Retour au sommaire

contact :  j-p.cossard@wanadoo.fr

Pour ceux qui connaissent La suite de l'aventure est ici (un 29 touches)!, (ainsi que le fichier son du premier carton du 29)

pour les autres c'est en dessous

C'est sans prétention, c'est juste comme ça. Si j'ai le temps je mettrai des dessins et des vrais plans.

Il y avait longtemps, plus de 20 ans pour être précis, que ça me trottait dans la tête : Fabriquer un orgue de barbarie! Mais bon, pas le temps, mais surtout, dans ma petit tête, la commande des tuyaux ne pouvait-être que mécanique : un système compliqué de tringlerie! Et puis voilà-t-y pas qu'un jour, en cherchant sur le web, je tombe sur un site ou on vous explique comment ça marche, allez-voir, mais revenez lire la suite. MIRACLE! La commande des tuyaux est pneumatique! Tout devenait clair, simple et réalisable, d'autant plus, que j'avais déjà tâté le terrain au niveau fabrication de tuyaux, ceci, en réparant un vieux coucou, qui avait perdu sa voix!

Manque de bol, pas moyen de trouver des plans ou des dessins directement exploitables. Juste un tableau Excel avec un commentaire sur les dimensions des tuyaux!

Qu'a cela ne tienne, on en a vu d'autre! Me voilà donc, mi-octobre 2003, facteur d'orgue débutant! Vaste problème, car le sujet n'est pas simple, surtout quand on a pas vraiment d'information technique, mise à part celle du site de Pierre et de Phil, qui soit dit en passant, à très aimablement répondu à tous mes emails, qui l'informaient de l'évolution de mon projet. En plus, pour ceux qui ne me connaisse pas... Je suis d'un naturel phénomènesquement indépendant, ce qui fait que je ne demande rien à personne, même pas l'heure... Je vous le concède, c'est complètement idiot et imbécile! Mais bon on ne se refait pas... Revenons à nos moutons. Par où commencer, ce vaste chantier? En réfléchissant un peu, la réponse fût : Les tuyaux, ça tombait bien, j'avais l'expérience du coucou et le tableau sur les dimensions. En décortiquant les valeurs, je suis parti sur l'idée d'un petit orgue, un octave avec les dièses, soit 13 notes. Je sais c'est pas beaucoup, mais pour le musicien et le menuisier que je ne suis pas, c'est suffisant.

Mes tuyaux sont en pin. La section est la même pour tous. Soit 28mm et l'épaisseur des parois de 5mm. Ceci à cause de la matière première. Des tasseaux et autres planchettes, aux dimensions standards de chez Monsieur bricolage. Pour les longueurs, la hauteur de bouche et le reste, j'avoue que c'est un peu du pif... C'est pas grave, puisque qu'on peut les accorder avec la position du bouchon. Non sans mal, pendant la Toussaint, je me suis fait mes 13 tuyaux. Certains sonnent bien, d'autres semblent un peu ashmatiques... On les refera, si le prototype fonctionne.

Que faire après les tuyaux? Bêtement, je suis parti sur le système de commande pneumatique avec des clapets. Il eut été plus judicieux de continuer par la soufflerie, afin d'avoir quelque chose d'efficasse pour tester les autres composants. Mais bon, j'étais trop impatient de voir le principe de clapets... Les essais m'ont amenés à fabriquer une sorte de petite boite avec un couvercle sur lequel se trouve les clapets. J'ai testé différentes matières (sac poubelle, film plastique alimentaire...) pour les clapets, celle que j'ai retenue est la peau de châmois... Je ne sais pas si c'est très académique, mais ça marche. J'ai fabriqué, trop vite (c'est un de mes défauts majeurs, je travaille vite et bien, mais seulement un coup sur deux, un sommier pour placer les tuyaux. Comme je l'ai fait trop vite, les trous sont de travers. La table de la perceuse avait bougée. C'est comme pour les tuyaux ashmatiques, si ça marche, je ferai ce qu'il faut.

Pour faire chanter les flûtes, en les commandant par les clapets, il faut de l'air. Coté principe, c'est simple : Un soufflet, comme celui pour les cheminées. Coté réel, c'est plus compliqué, il faut que le débit de l'air soit constant, suffisant et de pression correct. Après bien des déboires... Je suis arrivé à un soufflet double, de part et d'autre d'un battant. La réserve d'air, se trouve au dessus, elle dispose d'une soupape et de 2 ressorts pour la pression. J'avoue, que de loin, on dirait un vrai! Sauf que ce n'est pas du cuir, mais du sky... Pour la rigidité, j'ai collé du carton à l'intérieur des soufflets. Je ne connais pas la valeur de la pression de l'air qui sort de mon soufflet. A vue de nez, elle doit être un peu supérieure à celle pour 'un véritable orgue, c'est fait exprès! C'est pour les tuyaux ashmatiques et les chti'tes fuites... quand je corrigerai ça, je changerai la tension des ressorts et réglerai la soupape en conséquence.

le soufflet

les ressorts

Pour actionner le soufflet, il faut un système de bielle manivelle. Vite fait, j'ai brasé, à l'étain, les differentes pièces, chose à ne pas faire... L'étain n'est pas assez résistant surtout si on s'énerve un peu sur la manivelle... Personne n'est parfait... En bricolant un semblant de chassis, j'ai donc pu actionner mon soufflet... Et constater, tristement, que je n'avais pas bien conçu les clapets anti-retour des soufflets! Il aurait fallu, au joyeux tourneur de manivelle, une force de cheval, du type percheron! Pas grave... Mais bon, ça gonfle un peu (normal, pour un soufflet...) On décolle le sky, on fait des clapets qui devraient marcher.... On recolle le sky... On râle (c'est une de mes grandes qualités). On revisse le châssis, On re-râle... Bref comme disait Pépin, on bricole....

la manivelle

Me voilà donc, après un mois de travail et de recherche, avec mes flûtes, ma boite à soupape et mon soufflet. Nous étions face à un grand gouffre, nous avons fait un grand pas en avant! Non je rigole, la suite fût plus facile. mais tout aussi longue.

Les clapets, qui commandent les flûtes, sont commandés par l'air qui s'échappe des trous du carton quand il passe. Il faut donc des tuyaux souples de la boite à clapet à la flûte de pan. La flute de pan, c'est la pièce avec plein de chti'ts trous diamètre 3mm espacés de 5mm. Là je ne l'ai pas fait exprès, les entre-axes, donnent une largeur de bande de 70mm, soit pour une chemise cartonnée A4, 6 bandes. J'ai donc placé la flute de pan dans un guide-carton de largeur 70mm, par la même occasion, j'ai fabriqué le rouleau d'entraînement, ainsi que les pignons pour la petite chaine, trouvée dans une poubelle, qui permet de faire avancer le carton quand on tourne la manivelle.

la mini-chaine (on voit aussi la boite à clapets)

Là, il faut dire qu'on touchait au but... Mais il manquait encore un truc : Le système presseur. Sans lui, pas moyen d'entraînner la bande de carton. Pour faire simple et rapide, je les ai fait en PVC, les axes sont en laiton et le reste en bois. Il faut que je retouche le système de charnière, il n'est pas très beau..

les rouleaux presseurs

Pour les carton, j'ai fait une petite poinçonneuse manuelle.

la poincçonneuse

Le 4 décembre 2003, les premiers tours de manivelle m'ont permis de voir et surtout d'entendre (mp3 de 378Ko), que je ne mettais pas trop gourrer (le son est très laid, c'est de la faute du microphone)), même si je travail trop vite! Ce nest qu'un combat, continuons le début? Reste à faire le reste... Corriger des petites erreurs, fignoler certaines pièces et mettre le tout dans une boite, pour faire croire que c'est un vrai orgue de barbarie....

vue de dessus

Mon premier carton (mp3 de 452Ko) Il faut deviner le titre... Le Do6 sonnait un peu faux, alors je l'ai corrigé, mais il manque le Ré6, je n'ai que 13 touches, il eut fallu en faire pluche... Je crois que je vais y penser sérieusement... Ce qui me tarabuste, c'est de faire 29 tuyaux... C'est long... Il faut que je trouve un moyen... J'ai une piste, affaire à suivre...

Ps. Y a quand même des gens sympas! Comme Pierre Pénard... Il a fait une chti'te adaptation d'un air célèbre(mp3 de 883Ko) , il a perforé le carton et me l'a envoyé par la poste (il paraît que le carton passe mal par le web). C'est chouette quand même... Il m'a juste fallu retoucher toutes les flûtes, parce qu'elles consommaient trop d'air et on entendait pas toutes les notes.